Agir pour ses données personnelles : #StopSpyingOnUs
Crédits : © 2019 Pixabay

Agir pour ses données personnelles : #StopSpyingOnUs

Rappelons-le, les données personnelles sont des informations protégées par la loi qui permettent d’identifier une personne physique à l’aide de son nom, prénom, date de naissance, numéro d’identification et autres. Elles sont relatives à chacun d’entre nous et constituent notre identité. C’est pourquoi, l’irrespect de toute information personnelle est considéré comme un délit et peut être puni par des sanctions pénales. 

La France VS les données personnelles 

Entre 2015 et 2016, d’après une étude menée par Symantec, la France monte sur la seconde marche du podium derrière les États-Unis concernant le vol de données personnelles sur le web. En effet, à l’heure où les technologies de l’information et de la communication se présentent comme omniprésentes, et connaissent un plein essor, parallèlement le piratage informatique  évolue faisant émerger une question capitale sur « la protection des données personnelles en ligne ». Depuis plusieurs années maintenant, les données utilisateurs soulèvent des interrogations sur le respect des droits de l’homme ainsi que la vie privée des usagers.

Il faut savoir que chaque jour de multiples entreprises traquent les données personnelles des utilisateurs afin d’alimenter leurs activités publicitaires. Pour ce faire, les organisations optent pour tous types de méthodes, entre autres, le search, les cookies, le navigateur ou le 3rd party. Quand on parle de cookies, il ne s’agit pas de délicieux petits biscuits mais d’un fichier textuel qui constitue une grande richesse pour les organisations. Ces techniques leurs permettent de conserver les données utilisateurs et d’en tirer profit, autrement dit, c’est un vrai business ! Ainsi, ce sont nos habitudes de vie, telles que nos activités, nos déplacements, nos orientations sexuelles ou religieuses mais encore, nos préférences vestimentaires et alimentaires qui sont placées sous surveillance. Vous avez surement du vivre une expérience assez similaire à la suivante : vous êtes tranquillement en pause-déjeuner et vous faites part un de vos amis de votre envie soudaine de changer de voiture, tout en lui montrant quelques modèles. Surprise ! En vous connectant sur Facebook dans l’après-midi vous êtes atomisé de publicités automobiles ! Effrayant-non ? On se croirait même dans un épisode de Black Mirror !  

Focus : Google dans le viseur des ONG  

Depuis 2018, c’est Google qui est dans le viseur. Effectivement, l’association norvégienne de consommateurs, accompagnée de sept autres associations européennes saisissent la RGPD pour dénoncer le légendaire Google sur ses techniques de manipulation d’espionnage des usagers via la fonction de géolocalisation. Dans cette lignée, face aux pratiques publicitaires exercées par le géant du net, c’est une troisième plainte qui est portée par 14 organisations européennes des droits humains et numériques. Ensemble, elles ont pris les devants en mobilisant une série de réclamations pour alerter les autorités de protection des données. Ainsi, depuis le mois de juin 2019, Google est une nouvelle fois pointé du doigt. Pour cause : son système de « Real Time Bidding » et « Authorized Buyers », qui s’avèrent être un levier dans l’exploitation des données personnelles de ses utilisateurs.

« Arrêtez de nous espionner » : la campagne #StopSyingOnUs

La démarche entreprise par Liberties, donne naissance à la campagne #StopSyingOnUs avec à sa tête la Ligue des Droits Humains (LDH).  L’objectif ? Faire prendre conscience aux usagers que les « services gratuits »  qu’ils utilisent sont finalement payant en échange de leurs informations personnelles ! La campagne cherche à recueillir des plaintes de la part des citoyens via des formulaires disponibles en plusieurs langues sur le site Liberties.

Peut-être que vous l’avez aperçue sur les réseaux sociaux, mais savez-vous ce qu’il en est vraiment ? Pour faire court, #StopSpingOnUs est une campagne en faveur de la protection des données personnelles avec pour mot d’ordre : « Stop à l’espionnage publicitaire sur le web ». Dans cette lutte contre l’exploitation des données personnelles, on peut s’apercevoir que l’utilisation des réseaux sociaux détient un rôle primordial afin de faire évoluer les mentalités et pousser les gens à agir. Le fameux hashtag apparaît ainsi comme une arme pour mobiliser une communauté autour de ce phénomène actuel. 

Marion Amoros,

Crédits vidéo : Youtube – La Ligue des Droits Humains

Laisser un commentaire

Fermer le menu