Haut débit et fibre optique, enjeux et choix des architectures dans le monde actuel


conference-entete

Cet article est un résumé de la conférence « Future Networks Forum Welcome to the Gigabit era? » du Forum DigiWeek tenu le 18/11/2016 à Montpellier

La performance et la rapidité des réseaux d’accès sont aujourd’hui des priorités.

En matière de fibre optique les architectures FTTH (Fibre To The Home)/FTTB(Fibre To The Building) représentent 62 % des technologie large bande utilisées dans le monde.

Aux États-Unis, la vitesse du réseau est une fin en soi. En Europe et sous l’impulsion du Digital Agenda for Europe (DAE). le contexte d’implémentation est décisif dans le choix de l’infrastructure. D’après l’IDATE, à défaut d’être aussi ambitieux qu’Outre-Atlantique, il conviendra de s’inspirer du modèle américain pour anticiper les besoins futurs.

Le tissu urbain influence également le choix d’architecture. Ainsi, dans les grandes villes européennes, il est fréquent qu’une architecture FTTB soit mixée à une autre.

Enfin, en France, au Canada et aux Etats-Unis, le développement des architectures basées sur le gigabit peut compter sur le soutien des autorités locales.

Bientôt la 5G ?

Depuis la mise en place du Digital Economy Act en 2010, on remarque en France des architectures de type 1ère génération et des architectures mixtes, notamment en Bretagne et à Paris. Cette initiative a eu un impact sur la création d’emplois ou d’activités.

Pour Orange Labs, l’innovation doit prendre en compte les avancées technologiques telles que l’augmentation de la vitesse et du trafic, la convergence entre haut débit et offres Quadruple Play et l’orientation globale du marché sur l’expérience client. Toujours d’après Orange Labs, le débit de 10 Mbps et le trafic restent insuffisants. L’objectif est d’atteindre un débit moyen de 100 Mbps en 2017 sur les solutions sans fil.

D’après Lars Bergendah, 5G Program Director chez Ericson, les volumes de données mobiles devraient être multipliés par 1000 d’ici 2021. La large bande se cantonne pour l’instant aux Smart cities, Smart Vehicles et Smart infrastructures. Néanmoins, la 5G n’est pas encore au point et ne permet pas de garantir sereinement la sécurité, notamment dans les secteurs de la santé.

Enfin, le satellite ne peut être retenu comme une solution fiable car les territoires ne sont pas suffisamment couverts (4,4 milliards seulement sur 7,1 milliards d’habitants). Pour être fiable, cette solution devra être combinée à une autre technologie de réseau sans fil.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *